LA CÉLESTINE (n° 90)

LA CÉLESTINE (n° 90)
Opéra pour solistes, chœur et orchestre

Tragi-comédie lyrique en 11 tableaux d’après Fernando de Rojas (1492), adaptation et livret de Maurice Ohana, texte français d’Odile Marcel

1er tableau : Prologue. Première prophétie de la Sibylle
2ème tableau : Le Camp des Rois Catholiques à Santa-Fe
3ème tableau : Le Jardin des Délices
4ème tableau : Les Sorts (chez Calyx)  ; portrait de Célestine ; Pandemonium (mimodrame)
5ème tableau : L’Antre des Sorts (chez Célestine) ; Interlude ; deuxième prophétie de la Sibylle
6ème tableau : Le Jardin de Mélibée
7ème tableau : Grande conjuration des Sorts
8ème tableau : Nuit au Jardin des Délices
9ème tableau : Les cris de rue ; chez Célestine – la Cène ; mort de Célestine ; éloge de Célestine ; Ruffian  ; troisième prophétie de la Sibylle.
10ème tableau : Deuxième nuit au Jardin des Délices  ; Alborada – mort de Calyx  ; délire et mort de Mélibée  ; déploration du père.
11ème tableau : Épilogue ; Triomphe de Christophe Colomb à Séville ; rituel de l’oubli

Composition
octobre 1982 – 17 avril 1987

Éditeur
Billaudot, 1993

Effectif
Rôles chantés : la Sibylle (2 voix, soprano colorature et mezzo), Mélibée (soprano)  ; Lucrèce, suivante de Mélibée (soprano dramatique)  ; Célestine (contralto)  ; Aréis & Elys, pensionnaires de Célestine (2 sopranos)  ; Calyx (baryton)  ; Tristan, page de Calyx (ténorino)  ; Sosie, page de Calyx (ténor)  ; Criton & Ruffian, amants des pensionnaires (respectivement comédien-chanteur et basse-bouffe)  ; le père de Mélibée (baryton-basse)  ; les Parques (12 à 18 voix de femmes prises dans le choeur mixte de 40 à 80 voix)  ;

Rôle parlé : l’Illuminé (comédien-chanteur, incarnant Fernando de Rojas, auteur de l’oeuvre) ;

Orchestre : 2 + piccolo/ 2 + cor anglais/ 2 + clarinette basse/ 2 + contrebasson/ 2.2.2. + trombone basse/ percussion (3 exécutants)/ clavecin solo/ piano/ orgue de choeur/ cordes 12.10.8.6.4.(maximum)/ bande magnétique

Commande
Radio France (Charles Chaynes) et de l’Opéra de Paris

Création
Opéra de Paris (Palais Garnier), 13 juin 1988, mise en scène Jorge Lavelli, décors Michel Raffaelli, costumes Francesco Zito, éclairages Bruno Boyer, direction musicale Arturo Tamayo, avec Elisabeth Chojnacka, clavecin solo. Distribution : Katherine Ciesinski, Susan Belling, Sylvie Deguy, Liliane Mazeron, Roselyne Allouche, Marie-Christine Porta, Valérie Chouanière, Bruce Brewer, Ian Caley, Jean-Philippe Courtis, John Paul Bogart, Stephen Dickson, Jean-Marc Salzmann et Jean-Luc Boutté, récitant.